Comtek Expo

Antonio Fiori : Une monnaie qui s’évalue trop vite.Mais cette montée en grâce est aussi douloureuse.

Spread the love

Premièrement, le choc induit par le changement d’environnement monétaire, énergétique et budgétaire est relativement brutal. Il faut inverser le raisonnement et se demander quelle est la meilleure offre pour la cible identifiée. Antonio Fiori aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Quiconque a entendu les cris d’un animal qu’on tue ne peut plus jamais manger de sa chair ». L’autruche, lorsqu’elle enfonce la tète dans le sable à l’approche du danger, tient vraisemblablement la conduite qui la rend la plus heureuse. Le mal est le sentiment d’une impuissance ; il prouverait l’impuissance de Dieu si on supposait un Dieu, mais, quand il s’agit de l’homme, il prouve au contraire sa puissance relative. Il est en effet utile que nous ayons affaire, dans la vie de tous les jours, à des objets stables et, en quelque sorte, responsables, auxquels nous puissons nous adresser comme à des personnes. Devant des perspectives de la demande médiocres, celles-ci préfèrent acquérir des titres d’autres entreprises, augmenter les dividendes distribués et parfois les salaires, voire se livrer à des placements spéculatifs. L’instinct moral, que l’évolution tend à fortifier de tant de manières, pourra donc recevoir quelque altération du développement excessif de l’intelligence réfléchie. Alors les verbes, dont l’essen­ce est d’exprimer des actions imitables, sont précisément les mots qu’un effort corporel nous permettra de ressaisir quand la fonction du langage sera près de nous échapper : au contraire les noms propres, étant, de tous les mots, les plus éloignés de ces actions impersonnelles que notre corps peut esquisser, sont ceux qu’un affaiblissement de la fonction atteindrait d’abord. Tout cela en maintenant la culture d’entreprise qui a fait le succès d’origine. Son personnel rencontre régulièrement chaque chercheur pour évaluer lesquels de ses travaux pourraient aboutir à un dépôt de brevet et le décharger de toute la gestion administrative de la procédure. Mais je crois que la transformation, pour être sérieuse et durable, doit s’effectuer dans un autre sens, tendre à la simplification. À supposer que l’animal pût esquisser un tel effort, ce serait pour quelque chose qui en valût la peine ; or, rien ne lui serait plus inutile que de savoir qu’il doit mourir. Sans ces réactions consé­cutives, l’intensité de la douleur serait une qualité, et non pas une grandeur. Il vaut certainement mieux pour nous que nos croyances soient telles, qu’elles puissent vraiment diriger nos actions de façon à satisfaire nos désirs. Il y a toujours quelque chose de bon dans une sottise ; sans quoi, on ne pourrait pas l’exprimer. En effet, la fameuse tradition d’ordolibéralisme qui façonnera la politique économique allemande d’après-guerre est une réponse à l’arbitraire destructeur des nazis. Cependant la proposition est moins promue pour sa pertinence contre l’espionnage industriel que par mimétisme avec les standards internationaux. Nous ne saurions donc nous accorder avec nos critiques d’Angleterre sur ce point essentiel : — L’éthique, qui est une systématisation de l’évolution morale dans l’humanité, est-elle sans influence sur cette évolution même et ne peut-elle en modifier le sens d’une façon importante ? Pour la tirer au clair, il faudrait s’engager dans un ordre de recherches assez nouveau, analyser la sympathie artificielle que nous apportons au théâtre, déterminer dans quels cas nous acceptons, dans quels cas nous refusons de partager des joies et des souffrances imaginaires. Mais cette reconnaissance n’a pas encore influencé véritablement la façon dont la plupart des économistes et des décideurs pensent la croissance économique. Ainsi nos actions ont exclusivement pour objet ce qui affecte les sens ; notre habitude a le même caractère que nos actions ; notre croyance que notre habitude et notre conception que notre croyance. En fixant davantage notre attention, nous nous apercevrons qu’ici même le mouve­ment n’exige pas un véhicule, ni le changement une substance. Les citoyens doivent exiger de leurs dirigeants qu’ils aient une vision et qu’ils la fassent partager. Certes, la science nous donnera de mieux en mieux la physicochimie de la matière organisée ; mais la cause profonde de l’organisation, dont nous voyons bien qu’elle n’entre ni dans le cadre du pur mécanisme ni dans celui de la finalité proprement dite, qu’elle n’est ni unité pure ni multiplicité distincte, que notre entendement enfin la caractérisera toujours par de simples négations, ne l’atteindrons-nous pas en ressaisissant par la conscience l’élan de vie qui est en nous ? Mais c’est toujours la même fonction.

Archives

Pages